Rechercher
  • Rudy Mignardot

Olivia Grégoire chez i-lunch

Dernière mise à jour : 29 avr. 2021


*Voir la vidéo à la fin de l’article.



En cette journée du 8 mars, nous avons accueilli Madame Olivia Grégoire, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Économie sociale, solidaire & responsable.

Ainsi que plusieurs invités de marque dans nos cuisines et hub de préparation de commandes d'Ivry-sur-Seine.


Au programme de cette visite d'exception :

Petit déjeuner Eco-responsable, visite guidée de nos cuisines et hub de préparation de commandes inédits en Europe, table ronde et échanges autour des enjeux écologiques de la restauration livrée.


Les invitées :

Olivia GRÉGOIRE: Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Économie sociale, solidaire et responsable.

M. Abdel-Kader GUERZA: Le Préfet délégué à l’Égalité des Chances auprès du Préfet du Val-de-Marne

Patricia BARBIZET: Co-Fondatrice Temaris

Clara SCHMITT: Directrice Générale déléguée chez Heppner

Jallil YAKER: Directeur Régional BPI 93

Pascal HARDY: Fondateur Agripolis

Philippe BOUÉ: Président Directeur Général Schindler


Un grand merci à Madame Olivia Grégoire, secrétaire d'État auprès de Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Économie sociale, solidaire & responsable.

Depuis plus de 18 mois, i-lunch livre des milliers de repas eco-responsables chaque semaine aux salariés de nos entreprises clientes !

Grâce à nos contenants en verre réutilisables et nos systèmes de consigne digitale installés par nos soins dans leur entreprise, chaque salarié fait un geste pour la planète au quotidien en réduisant drastiquement de l'usage d'emballage à usage unique.

Table ronde et échanges autour des enjeux écologiques de la restauration livrée.



Voir la vidéo




Les services de livraison de repas à domicile ou de repas à emporter génèrent chaque année en France des centaines millions d’emballages à usage unique destinés à finir dans nos poubelles. Et pas toujours les bonnes… Des emballages que la crise sanitaire et les périodes de fermeture des restaurants ne contribuent bien évidement pas à réduire. Mais à cette réalité écologique, certains opposent des solutions économiques. C’est le cas d’I-lunch.


Créée en 2017 par Victoria Benhaïm, cette start-up propose aux entreprises et à leurs salariés un service de livraison de repas « 100% zéro déchet ». Des repas « élaborés par des chefs à l’aide d’une diététicienne », à commander via une plateforme en ligne puis livrés sur les lieux de travail mais aussi, depuis juillet dernier et en réponse aux confinements, au domicile des télétravailleurs. Le tout, dans des contenants en verre consignés (une caution de 1 à 2 euros) que l’entreprise récupère, lave et réutilise des dizaines de fois avant qu’ils ne soient recyclés. « Une alternative durable qui a permis aux salariés d’épargner à la planète plus d’une tonne de plastiques jetables » l’an passé, affirme la start-up dont le concept s’inscrit dans l’esprit de loi Egalim demandant aux acteurs de la restauration de réduire les emballages à usage unique et la consommation de plastique. Dans une même logique durable et environnementale, les repas d’I-Lunch sont préparés avec des « produits locaux et issus de l’agriculture raisonnée ». Et ce, dans une cuisine située dans la région, à Ivry-sur-Seine, réduisant la distance avec les clients et ménageant d’autant l’impact de leur livraison sur l’environnement.


La formule a déjà séduit plus de 50 entreprises qui ont confié à I-Lunch leur restauration collective (Nike, Leroy Merlin, ou encore Schindler). Résultat : la start-up livre chaque semaine des milliers de repas dans ses contenants en verre. Et l’entreprise embauche. Elle a doublé ses effectifs en 2020 et emploie à ce jour une quarantaine de personnes. Mais elle ne compte pas en rester là. Pour atteindre ses objectifs de développement, la start-up envisage à nouveau de multiplier par deux son nombre de salariés cette année pour se constituer une équipe de 80 collaborateurs.


Source Echo d’Île-de-France


www.ilunch.fr

106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout